Costantino Nivola

Vies et œuvres de Costantino Nivola

‘Sculpteur, maçon, manœuvre’ 1911-1988

“Costantino Nivola a choisi de n’appartenir à aucune catégorie” a écrit son amie Dore Ashton, et le parcours de ses vies et de ses œuvres présentées ici témoigne de cette liberté absolue, comme de l’extrême générosité avec laquelle il a appréhendé le monde. Se définissant lui-même sculpteur, maçon, manœuvre, il n’oubliera jamais ce qu’il avait été pour être ce qu’il allait devenir. De la Sardaigne encore archaïque du début du 20e siècle où il naît, à la New York artistique des années 40, où il fuit le fascisme et les lois raciales, Nivola sera graphiste, peintre, sculpteur, il travaillera avec les plus grands architectes de son temps (Breuer, Saarinen, Sert, Peressutti & Cie) et, aux côtés de sa femme Ruth Guggenheim, sera l’ami d’artistes comme Jackson Pollock, Willem De Kooning, Fernand Léger, Alexander Calder ou Saul Steinberg, qui reconnaîtra en lui « l’un des rares hommes authentiques, qui était bon et n’essayait pas d’apparaître meilleur».

Biographie établie par Michel Valensi
suivie de : Fred Licht : “Nivola, sculpteur des architectes” & Saul Steinberg : “Un géant vu de loin”.

Né à Orani (Sardaigne) en 1911 dans une famille très pauvre, Costantino Nivola commence à travailler comme maçon à l'âge de sept ans avec son père. Remarqué pour ses talents de dessinateur par Mario Delitala, un peintre de son village, il deviendra le garçon d'atelier de Delitala à partir de 14 ans. Après des études dans une école d'art près de Milan, financées par la Sardaigne, il commence à travailler comme graphiste pour l'Olivetti. Marié à une jeune juive allemande réfugiée en Italie, il doit émigrer d'abord en France, puis aux USA, à la fois du fait des lois raciales, mais aussi de sa participation à des groupes antifascistes italiens. Aux USA, il fréquente les peintres Jackson Pollock, Rothko et les émigrés européens (Fernand Léger, Saul Steinberg, José Luis Sert, Gropius, etc.) qui deviendront ses amis. Il commence à exposer ses toiles en 1953 puis se consacrera à la sculpture et travaillera avec les plus grands architectes de son temps, inscrivant ses sculptures au cœur d'ensembles architecturaux ou sur les places des grandes villes étasuniennes. En 1946, il devient presque par hasard l'ami intime de Le Corbusier, rencontré dans un restaurant de New York. A partir de la fin des années 50 sa renommée est très importante aux USA et aussi en Italie, où il intervient dans plusieurs projets architecturaux. Il meurt en 1988, laissant une œuvre très importante, quasiment inconnue du public français, mais qui fera l'objet d'une grande rétrospective en 2026 lors de la Triennale de Milan. Un musée lui est consacré en Sardaigne.

Lire aussi
Mémoires d’Orani et autres écrits autobiographiques   Nivola-Le Corbusier : une amitié créatrice  
Collection  éclats
Sujets   Architecture  |  beaux-arts  |  Biographies

Année de parution : mars 2024
ISBN : 9782841626991
180 pages
Prix : 12 €
Le site est sous licence CC
WP-Backgrounds Lite by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann 1010 Wien