full
image
#666666
http://www.lyber-eclat.net/wp-content/themes/smartbox-installable/
http://www.lyber-eclat.net/
#5979e2
style1

À travers les échanges de lettres électroniques entre une mère et son fils, deux écritures et deux générations se répondent comme en un cadavre exquis. Les lettres parlent de l’éloignement réel et de la proximité fictive, des images démultipliées qui se substituent à la réalité des choses, ou des amitiés comptabilisées qui constituent le spectacle de notre société, concentré ­désormais dans un écran 5 pouces. Comme les bandes passantes d’une transmission électronique dont la qualité dépend du bruit qui les perturbe ou les enrichit, les lettres évoquent le monde alentour et les aspirations et souvenirs intimes ou littéraires d’un monde ancien qu’a balayé le nouvel ordre électronique mondial.

 

Après huit années passées à Shanghai où il était DJ, Raphaël Valensi (1981) vit désormais à Montréal où la fraîcheur de l’air a soulagé sa fièvre du samedi soir. Il se produit sur scène ou coproduit des vinyles pour différents labels (Skylax ou Bedouin Records...) sous différentes identités (Nahash, Laura Ingalls, Mellah...). Patricia Farazzi (1952) ne vit pas à Montréal et est l’auteur de plusieurs livres à L’éclat dont le plus récent, « Un animal d’expérience », est peuplé de souris ­kafkaïennes.

Patricia Farazzi présentera les Bandes passantes sur France Culture, Talmudiques, le 17 novembre 2019

En attendant, quelques messages de lecteurs….

« Décapants d'intelligence » (Emmanuel, Paris)

« Il y a, en effet, dans ces lettres, les traces, pudiques, d’une émancipation impérative et réussie, mais aussi celle d’un amour perdu, regagné, perdu, regagné, impossible. Et si beau. » (Christian, Toulouse)

« Audacieux pari que cette correspondance, un ovni de l'intime. »  (Richard, Paris)

«Le livre est traversé par une haute conscience de l'éphémère, grave et légère à la fois, et du souci d'en préserver une trace par l'effort de le mettre en mots pour l'arracher à l'oubli. » (Denis, Tel Aviv)

Et un papier du Monde des Livres:

A des milliers de kilomètres l’un de l’autre, une mère et un fils s’envoient des courriels. Elle, Patricia Farazzi, est écrivaine, traductrice et cofondatrice des éditions de L’Eclat. Lui, Raphaël Valensi, est ingénieur du son et DJ, installé à Montréal, et a expliqué à sa génitrice le principe de la bande passante, ce volume d’informations transitant d’un point à un autre. Ce ne sont cependant pas des « données » qu’ils échangent durant le premier semestre 2019, ni réellement des nouvelles. Mais des réflexions, nourries par des souvenirs, des images, des lectures, sur la notion de distance, ce qu’elle signifie aujourd’hui avec le rétrécissement supposé du monde, comme sur la transmission – et ce que l’on peut faire aujour­d’hui d’un héritage culturel dans un monde saturé de« contenu ». Les missives circulent à toute allure, mais mère et fils prennent le temps de s’arrêter sur une idée, un mot, de regarder le monde qui les entoure, de rappeler leurs fantômes, de « rembobiner », tandis que leurs mails se croisent ou se répondent, tissant des échos recherchés ou involontaires. R[aphaelle] L[eyris].

Collection  Paraboles
Sujets   Correspondances  |  Littérature

Année de parution : Octobre 2019
ISBN : 978-2-84162-456-0
176 pages
Prix : 15 €
SE PROCURER LE LIVRE
 
WP-Backgrounds Lite by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann 1010 Wien