full
image
#666666
https://www.lyber-eclat.net/wp-content/themes/smartbox-installable/
https://www.lyber-eclat.net/
#5979e2
style1

Alfonso Giuliani

Carlo Vercellone

Franco Brancaccio

Le commun comme mode de production

Jusqu’à une époque récente, public et privé apparaissaient comme les deux pôles exclusifs de l'organisation économique et sociale et des formes de propriété. Dans le débat sur les politiques économiques comme dans celui sur les alternatives au néolibéralisme, rien ne semblait s’interposer entre eux. Tout se résumait à l’ancienne question de l’arbitrage entre 'plus de marché' ou 'plus d’Etat'. Puis le commun et les biens communs ont fait à nouveau irruption dans l’espace public et ont remis en cause une donne qui semblait quasiment immuable. Ce fut un tournant épistémologique qui a nourri un foisonnement des recherches et nombre de mouvements sociaux.

La problématique du commun s’est pourtant développée à travers une pluralité d’approches théoriques et des interprétations très différentes du rôle qu’il pourrait jouer dans un processus de transformation sociale. Qu'est-ce que le commun ? Quels sont ses fondements ? Quelle place peut-il prendre dans le devenir de nos sociétés ébranlées par la crise du capitalisme ? Pour certains, il correspondrait à un ensemble précis de ressources délimitées par leurs caractéristiques intrinsèques. La réflexion sur le commun risque alors de se réduire à la mise au jour d’une variété de formes de propriété et de gouvernance plus riche que celle centrée sur le binôme public-privé et à prôner leur complémentarité au sein du capitalisme. Pour d’autres, le commun serait en revanche un principe général d'organisation de la société et de la production porteur d’une alternative systémique au capitalisme. Dans cette perspective, les auteurs de cet ouvrage proposent une thèse novatrice. Le commun n’est pas un simple tiers-intrus entre public et privé, ni un pur principe politique. Il doit être pensé comme un véritable "mode de production" susceptible de constituer une alternative tout autant à l'hégémonie de la logique de l'État qu’à celle de l'économie capitaliste de marché. En mobilisant l’économie politique, le droit, l’histoire, la sociologie, la philosophie, les sciences de l’information et de la communication, les auteurs montrent que le commun contient ces potentialités, sans oublier d’analyser les faiblesses et les contradictions auxquelles se heurte son développement. Un essai stimulant et pédagogique qui s’adresse aux chercheurs et aux étudiants mais aussi aux militants des mouvements sociaux et écologiques.

Francesco Brancaccio est docteur en «Théorie de l’État et Institutions politiques comparées» auprès de l’Université La Sapienza de Rome. Il prépare une thèse sur les communs urbains auprès de l’École Doctorale Sciences Sociales de l’Université Paris 8. Il est membre du laboratoire CEMTI. Parmi ses dernières publications : « Changer la ville. André Gorz et les communs urbains » Variationsmars 2019 ; «Appropriation, Common Property, The Inappropriable. Notes on the Law of the Common in Platform Capitalism », South Atlantic Quarterly | Duke University Press, 2019; « The Space-Time of the Gilets Jaunes », South Atlantic Quarterly, 2020.

Alfonso Giuliani, économiste, est chercheur au Centre d’économie de la Sorbonne (CES-CNRS 8174). Parmi ces dernières publications: « From New Institutional Economics of the Commons to the Common as a Mode of Production »,  (avec Carlo Vercellone), South Atlantic Quarterly | Duke University Press, 2019 ; « The Past and Future of the Social Sciences. A Schumpeterian Theory of Scientific Development? », (avec Stefano Lucarelli  et Hervé Baron), Cambridge Journal of Economics, 2019; « MacronEconomics. Un bilancio sulle politiche economiche di Emmanuel Macron », Economia e Politica Rivista online di critica della politica economica, 2019.

Carlo Vercellone, économiste, est professeur en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris 8 et membre des laboratoires CEMTI et Sophiapol. Parmi ces dernières publications : «Les plateformes de la gratuité marchande et la controverse autour du Free Digital Labor : une nouvelle forme d’exploitation ? », in Revue Ouverte de l’Ingénierie des Systèmes d'Information (ROISI), 2020;  « Free; Birth, Death, and Resurrection of the Issue of the Common: A Historical and Theoretical Perspective », (avec Francesco Brancaccio), South Atlantic Quarterly | Duke University Press (2019);  Cognitive Capitalism, Labour and Welfare. The Commonfare Hypothesis (avec Andrea Fumagalli, Alfonso Giuliani. Stefano Lucarelli), Routledge, London, 2019.

Certaines parties de ce livre sont tirées du volume Il Comune comme modo di produzione (Ombre Corte, Verona, 2017) et ont été traduites de l'italien par Christophe Degoutin.

 

Collection  Premier secours
Sujets   Economie  |  Italie  |  Pensée critique  |  Philosophie politique

Année de parution : Août 2021
ISBN : 978-2-84162-479-9
240 pages
Prix : 18 €
SE PROCURER LE LIVRE
 
WP-Backgrounds Lite by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann 1010 Wien